Aslim Taslam

 

- N°21 Septembre 2002 -

Sommaire | Archives | Le mag

Famille

Format texte pour l'impression   Envoyer cet article à un ami
 

9 Erreurs des nouveaux mariés

 

De plus en plus de mariages en Occident se brisent dès la première année, d’après la direction de l’ISSA (Association des Services Sociaux Islamiques des Etats Unis et du Canada).

Les cinq à sept premières années sont les plus exigentes pour tout mariage. C’est une période que les conjoints passent à faire connaissance et à s’habituer à la personnalité de l’autre. Vous trouverez ci dessous quelques uns des problèmes que les couples affrontent dans leurs jeunes années, ainsi que leurs solutions.

 

1. Manque d’informations valables avant le mariage

Quantité de problèmes sont causés simplement par le fait que les conjoints et leurs familles n’ont pas abordé les questions cruciales. Par exemple :


-  

Est ce que l’épouse travaillera hors du foyer

-  

Est ce que le couple attendra avant d’avoir des enfants

-  

Quelle ville et pays le couple habitera après le mariage

-  

Vivront-ils chez les parents du mari ou bien dans leur propre appartement

Ces points et d’autres encore doivent être discutés et tranchés dès le début du processus du mariage.

2. Direction Floue

Un des problèmes majeurs reste la guerre interne pour le contrôle du foyer. Cela a conduit à bien des impasses, se soldant par les polémiques et les sentiments amers. Combien de couples refusent de nos jours la modération et le compromis, et ce, pour n’importe quel différent. Même si d’un point de vue islamique, le mari se charge du rôle de dirigeant de famille, il n’est pas pour autant un dictateur.
Soulignons ici que le dirigeant en islam est celui qui sert, gère, entretient et soutient. Et le dirigeant doit aussi garder humilité et modestie.
Un mari exerce donc une direction eclairée en écoutant et consultant (Choura) son épouse.
Tout ceci doit se baser sur l’attachement aux règles du Coran et de la Sounna. Ainsi, les divergences d’opinions seront renvoyées à ces règles, au lieu de devenir une source de tension et de problèmes.

3. Divorce Instantané

Il fut un temps où le mot "divorce" était sciemment évité dans toutes conversations. Aujourd’hui, les couples musulmans d’Occident l’utilisent comme une des premières solutions aux conflits matrimoniaux. Rappelons que de tout ce qu’Allah nous a rendu licite (Halal), le divorce est celle qu’Il déteste le plus. Avant d’en arriver à l’option radicale, le couple doit explorer d’autres pistes. Il devrait en particulier recourir à l’aide d’aînés sages et expérimentés, qui essaieront de dénouer les choses, avant que le divorce n’arrive.

4. Sexe : ici et maintenant

Il est irréaliste de croire que la question sexuelle disparaîtra dès la fin de la cérémonie du mariage. Dans une société occidentale saturée de références sexuelles, les couples tendent à exiger plus de leur partenaire dans ce domaine. Ils croient aussi obtenir des résultats instantanés.

En réalité, cela demande du temps, de l’engagement, de l’expérience et de l’investissement pour établir une relation intime qui corresponde à chaque partenaire.

Il est important pour chaque musulman et musulmane d’aborder la sexualité du mariage en connaissant l’étiquette de l’Islam. Les conjoints doivent savoir ce qui est illicite (Haram). Ainsi, il est interdit aux époux d’aborder publiquement leur relations intimes avec d’autres, sauf dans le cas d’une question ou d’une aide de la part d’une autorité.

Dans le même registre, les conjoints devraient essayer d’être physiquement attirants. Trop de couples prennent le mariage en prétexte pour se laisser aller. Ils prennent du poids, ne s’émeuvent plus de leur hygiène, de leur apparence générale.

5. Vous avez dit Belle-famille ?

Les premières années de mariage ne sont seulement une période d’accomodation à l’intérieur du couple. Elles permettent aussi au conjoint de connaître la belle famille, et vice versa. Maris, épouses et beaux parents doivent appliquer les règles de l’islam en matières de relations sociales. C’est à dire : éviter les sarcasmes, la médisance, les mauvais surnoms, et surtout agir dans le respect mutuel de chaque membre de la famille.
En particulier, les comparaisons sont à proscrire, car chaque individu et chaque couple est unique. Ne pas comparer les épouses aux soeurs ou à sa mère, et inversement, ne pas comparer son mari au père ou aux frères. Enfin, ne pas comparer sa belle famille à sa propre famille.

6. Rêver... puis se réveiller

Un garçon et une fille. Ils tombent amoureux. Ils vivent heureux pour toujours. C’est le scénario de base de moults films hollywoodiens, où tout-te-monde-il-est-beau. La réalité est toute autre.
Beaucoup entament leur mariage en planant sur leur nuage romantique, dans l’attente d’un conjoint idéal. Mais tous les humains ont du bien et du mauvais. Epoux et épouses doivent accepter l’autre, et se corriger ensemble.

7. Perdre ma liberté

Les jeunes hommes de l’occident peuvent trouver dans le mariage une imposante restriction. Après tout, ils pouvaient, quand ils étaient célibataires, bavarder avec leurs amis jusqu’à tard dans la nuit, sans que personne n’y trouve à redire. Une fois mariés, les voici à la maison dès 19 heures, voire plus tôt encore.

Alors que le mariage demande un emploi du temps plus serré et certaines responsabilités, les avantages sont réels (i.e vie partagée, enfants, etc.), même si cela prend du temps à s’en rendre compte.

8. Garder un secret : mission impossible

Bon nombre de jeunes couples mariés sont connus pour ne pas garder leurs secrets pour eux, surtout les secrets d’ordre sexuels, dont ils font la publicité. Ceci est non seulement répréhensible, c’est illicite (haram).

Les époux doivent absolument couvrir leurs défauts. S’ils ont un problème intime, qu’ils prennent un "conseiller matrimonial" en la personne d’un ancien, d’un sage, loyal, qui oeuvrera pour l’intérêt des deux parties en toute bonne foi.

9. Confondre aimer et phagocyter

Quantité de couples pensent que les mariés doivent rester collés l’un à l’autre.

D’une part, certaines épouses peuvent prendre l’initiative de toutes les tâches ménagères, sans même laisser au mari le soin de ses propres affaires (comme le repassage de ses habits). Celles ci regretteront autant de charges et de corvéees avec le temps, et s’apercevront que leurs maris sont devenus dépendants d’elles pour les moindres choses.

D’un autre côté, les maris peuvent penser qu’ils doivent rester tout le temps avec leur épouse. Cette erreur les rendront au fur et à mesure irritable et hypersensible.

La solution est de faire attention aux les douces attentions, aux gestes de bonté et à espace vital indispensable. Ce faisant, la relation s’équilibre aussi physiquement que sentimentalement.

Adapté de "The First Two Years a Mariage survival Guide", de soundvision.com


 

Abd-ul-Jalîl B.
Du même auteur...


 Autres articles dans la rubrique Famille

Tous les articles


Sommaire | Archives | Le mag
TOUS DROITS RESERVES © 2001-2008 Aslim Taslam